USL - DECLARATION DE L’UNION SOCIALE LIBERALE COTONOU, LE 04 MAI 2019

UNION SOCIALE LIBERALE

DECLARATION DE L’UNION SOCIALE LIBERALE COTONOU, LE 04 MAI 2019

04 Mai 2019   

DECLARATION DE L’UNION SOCIALE LIBERALE  COTONOU,  LE 04 MAI 2019

Militantes, Militants,

Chers concitoyens,,

Nous avons vécu avec vous, dans la douleur, les derniers jours que nous impose l’actualité politique de notre pays. De façon démocratique, nous avons, par notre abstention, très majoritairement exprimé ce que veut le peuple du Bénin : des élections libres, inclusives, transparentes. Mais une fois encore, le Président TALON a décidé de nier cette expression démocratique cinglante pour lui et a décidé de retourner les armes contre nous, lorsque par des manifestations non armées nous avons refusé l’arbitraire qui projetait l’arrestation du Président YAYI BONI. Au bout de quelques heures, ce sont 07 Béninois qui ont été abattus par des tirs à balle réelle provenant des hommes en tenue militaire envoyés par le président de la République.

Nous compatissons à la douleur des familles de nos compatriotes ainsi lâchement assassinés et ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que justice leur soit rendue et que la chaîne d’ordre ayant conduit à ce massacre soit identifiée et en rende compte après une enquête indépendante conduite conjointement par des enquêteurs nationaux et internationaux.

Le Président Patrice TALON a désormais perdu toute légitimité à travers la mauvaise organisation de la première élection mise à sa charge et pour avoir retourné les armes contre le peuple.

La CENA a perdu toute légitimité en cédant aux pressions politiques en dépit du code électoral et en renonçant ainsi à son autonomie allant jusqu’à proclamer des tendances de taux de participation très contestables : 22,99%.

La Cour constitutionnelle a également perdu toute légitimité pour avoir fait la preuve totale de sa servilité en allant jusqu’à réévaluer les tendances de la CENA et rajouter 206.330 au décompte dont se prévalait déjà la CENA.

Nous sommes plus que jamais dans un Etat de non droit où plus aucune institution ne joue réellement son rôle. Le Président Patrice TALON e les membres des institutions en question sont désormais dans le parjure. La seule solution qui vaille désormais, à nos yeux, pour recouvrer les lustres de notre démocratie est de remettre les compteurs à zéro, à travers un vrai dialogue national inclusif.

 

Nous saluons l’offre de service faite par la Conférence épiscopale du Bénin dans sa déclaration du 03 mai 2019 « Halte à la violence ». Nous invitons les autres autorités religieuses et morales du pays à se joindre à cette initiative pour concevoir au plus vite ce cadre national pour la paix et la restauration de la démocratie.

Chers compatriotes, notre lutte est juste. Elle est dans la droite ligne de ce qui a pu permettre d’obtenir les résultats de la Conférence Nationale de Février 1990 grâce à l’humilité et au don de soi des uns et des autres. Gardez ferme l’espoir de restaurer notre démocratie. Nul ne peut nous l’arracher, nul ne peut nous faire retourner à la dictature ni à la barbarie. Le Bénin est une Nation digne, fière et va encore étonner le monde si vous en décidez ainsi.

Vive l’USL

Vive la démocratie,

Vive le Bénin.

 

 

Restez informés


Rejoignez la communauté et recevez directement dans votre email nos informations en temps réel.